C’est rare que l’on parle de sujets vraiment sĂ©rieux sur le blog, mais faire quelques exceptions n’est pas un mal, n’est-ce pas ? 😉

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un projet que j’ai dĂ©couvert dans mes rĂ©seaux fĂ©ministes ! Il s’agit du site Petite Mort, un site Ă  vocation pornographique… mais pas que ! En effet, le couple qui le tient souhaite donner une autre image du porno et proposer quelque chose de diffĂ©rent, de plus rĂ©aliste…

Pour parler un peu de leur projet, je les ai interviewĂ©s ! C’est parti :

Pourquoi ce nom ?

En fait on cherchait un nom un peu subtil, un truc qui ne hurle pas « porno » et puis Joan s’est souvenu d’une expression un peu dĂ©suĂšte utilisĂ©e fin XIXĂšme dĂ©but XXĂšme et dĂ©signant l’orgasme. Ça tombait sous le sens, ça n’Ă©tait pas vulgaire et assez fin pour nous plaire !

D’oĂč vient cette idĂ©e ?

En fait, le porno qu’on trouve sur internet est un peu cheap, trĂšs normĂ© et fait pour les hommes. On avait envie d’un truc plus qualitatif, moins hĂ©tĂ©ro-centrĂ©, avec des gens normaux et rĂ©flĂ©chi aussi pour les femmes. Quelque chose de plus inclusif. En fouillant sur internet, on s’est rendu compte que ça n’existait pas, ou alors pas sous cette forme qui regroupe des photos, des interviews, des vidĂ©os, du son, des nouvelles, de l’illustration etc. Du coup Joan s’est dit : « Hey, mais pourquoi on crĂ©erait pas un truc qui nous ressemble ? Quelque chose de qualitĂ©, d’intelligent mais qui fasse quand mĂȘme frĂ©tiller dans les slips ! »

Le cĂŽtĂ© collaboratif est venu sur le tas, parce qu’on connaissait des gens qui faisaient des textes, d’autres qui voulaient nous filer leurs sextos, des gens qui voulaient poser en couple, une copine qui fait de la bd… C’est un peu tombĂ© sous le sens, on avait plein de gens talentueux sous la main, il fallait en profiter !

Pourquoi ce positionnement anonyme ?

L’anonymat c’est plus facile. Parce que le cul c’est toujours un sujet un peu « touchy » et que sans ça personne n’aurait envie de poser pour Joan. Les gens ont des vies professionnelles, n’ont pas forcĂ©ment envie de se retrouver en situation compromettante sur internet. L’anonymat pour ce genre de truc c’est la sĂ©curitĂ©, ça aide les gens Ă  oser. On le remarque trĂšs bien sur la page Facebook, les gens n’osent pas liker, c’est leur profil avec leur vrai nom parfois. Ça les bloque. C’est normal, ça se comprend tout Ă  fait, on sait malheureusement que notre image est surveillĂ©e par nos employeurs, les banques Ă  qui on demande un prĂȘt, nos beaux-parents, que sais-je ? Et c’est triste parce que l’on devrais pouvoir ĂȘtre libre de ce que l’on fait de notre corps et on devrait pouvoir assumer. Malheureusement la vie nous ramĂšne parfois Ă  la rĂ©alitĂ©. Et du coup l’anonymat est la clĂ© pour dĂ©bloquer tout ça.

Vers quoi voulez-vous faire tendre votre site ?

On aimerait contextualiser le sexe, l’ancrer dans le rĂ©el, montrer du vrai, pas quelque chose de lisse comme dans le porn mainstream, avec des gens « normĂ©s », impersonnels et pas excitants du tout. On espĂšre que les gens vont oser nous proposer des trucs, on est ouvert Ă  plein de choses tant que ça reste malin et pas vulgaire ou cheap. On aimerait rĂ©ussir Ă  faire quelque chose dans lequel les hommes, les femmes, les personnes non-binaires se retrouvent. On aimerait proposer du contenu inclusif, pour les malvoyants par exemple avec une version audio des textes Ă©rotiques, des photos avec des personnes handicapĂ©es, des racisĂ©.e.s. On aimerait que l’Ă©rotisme et le porno soient dĂ©barrassĂ©s de la vision sale et normĂ©e que les gens ont. Ça serait bien que l’on arrive Ă  faire quelque chose qui change, mais pour ça on a besoin des gens 🙂

Et vous le porno, vous en pensez quoi plus généralement ?

On est consommateur de porno tous les deux. Il y a des choses que l’on aime plus que d’autres, des rĂ©alisat.eur.trice.s qu’on apprĂ©cie particuliĂšrement (le collectif Four Chambers, Lucie Blush). AprĂšs on regrette profondĂ©ment les dĂ©rives du porno, le mauvais traitements des actrices, l’humiliation systĂ©matique des femmes, leurs cachets ridicules pour jouer un gang bang sur un matelas dĂ©gueu dans un endroit sordide, le culte de la performance et le manque de fun.

Le problĂšme du porno, c’est qu’il reprĂ©sente qu’une infime partie de ce que peut ĂȘtre le sexe, et oublie de montrer le consentement, le jeu, l’intimitĂ©…

Un joli projet qui mĂ©rite d’ĂȘtre suivi ! Vous pouvez les retrouver sur Facebook et Instagram.

Actuellement, seul.e.s des ami.e.s ont bien voulu jouer le jeu et malheureusement, ça n’est pas encore le rendu souhaitĂ© ! Le but de ce site sera de montrer la diversitĂ© des corps et du sexe ! On a hĂąte de voir ça. 

N’hĂ©sitez pas Ă  leur Ă©crire ! Ils recherchent des artistes, des tĂ©moignages et des modĂšles ! 

Bonne journée à vous les crevettes !

Imaginé par le Goldfish Gang & griffonné par Poisson Rouge