don-t-fall-asleep-paralysie-du-sommeil

Il est revenu me chercher. Ou elle je n’en sais rien, je ne l’ai jamais vu. Je sens juste sa présence au-dessus de moi.

Mon premier réflexe est de crier, d’appeler à l’aide, de le supplier de relâcher son emprise. Mais j’ai beau m’époumoner, personne ne m’entends… Aucun son ne sort de ma bouche : mes lèvres sont comme scellées. Il sait que personne ne peut me sauver et il me tire par les pieds. Je me débats mais mes efforts pour combattre mon ennemi sont vains : je suis paralysée de la tête aux pieds.

Toutes mes facultés sont annihilées. Pourtant, je continue de résister de toutes mes forces.

– Dégage, dégage !

Encore une fois, personne ne m’entends et toujours incapable de bouger, mon corps se dédouble violemment. Le premier reste allongé sur le lit, parfaitement immobile, tandis que le deuxième est comme aspiré par mon visiteur nocturne. Ou serait-ce mon âme qu’il veut voler ?

Terrorisée, je commence à suffoquer. Il a désormais un contrôle total de mon être et épuisée de lutter, j’abandonne… je m’abandonne. Je me sens quitter mon enveloppe corporelle, plus doucement cette fois, mais dans un dernier élan de survie, j’ordonne à mon corps de réagir aux commandes de mon cerveau.

– Agrippe-toi, tu peux le faire !

La bataille reprend, c’est à qui sera le plus fort. J’opte pour une tactique différente : j’écoute mon corps en me concentrant sur ma respiration : je la fais ralentir, l’amplifie. Je me répète à l’infini « Je suis maître de moi-même, je suis maître de moi-même ».

Brutalement, mes yeux s’ouvrent.

Je me redresse dans mon lit, le visage encore marqué par la peur. Je pousse un soupir de soulagement : ma chambre est vide et silencieuse. Pourtant, mon bourreau reviendra, je le sais bien. Il revient toujours.

nightmare

© Giphy

Excusez cette longue introduction sous forme de récit, mais je trouvais intéressant de vous raconter comment est vécue une paralysie du sommeil de cette manière plutôt que de vous assommer avec des termes techniques qui sont, à mon sens, beaucoup moins parlants…

La paralysie du sommeil, c’est quoi ?

Il s’agit d’un état qui se manifeste lors des transitions entre l’éveil et le sommeil, soit au moment de l’endormissement, soit au réveil. La personne est consciente et réveillée mais incapable de bouger pendant quelques secondes voire quelques minutes. Parfois, s’ajoute à cela des hallucinations, qu’elles soient visuelles, auditives, tactiles ou kinesthésiques, qui font penser qu’il y a une présence maléfique dans la pièce. D’après les études menées à ce sujet, 25 à 60% de la population ont déjà vécu ce phénomène au moins une fois et seuls 0,3 à 6,2% de façon régulière. Le stress, faire des siestes l’après-midi, le manque de sommeil, un changement d’environnement ou encore dormir sur le dos sont des facteurs qui favoriseraient la paralysie du sommeil.

Paralysie du sommeil, comment en sortir ?

Comment stopper une crise  ? Premièrement, il est conseillé d’éviter de lutter et de se débattre, puisque ces réactions ne font qu’augmenter l’angoisse que l’on peut ressentir. Ensuite, pour se « réveiller », on peut essayer de se concentrer uniquement sur sa respiration, ou tenter de tousser volontairement, ou encore de remuer uniquement un doigt ou un orteil.

wake-up-its-just-a-nightmare-quote-gif-by-kaya-scodelario

© DR

A noter que ce phénomène est connu depuis l’Antiquité et que toutes sortes de croyances y sont associées : sorcières, démons, fantômes seraient la cause de cette paralysie momentanée… C’est d’ailleurs de cette manière que je le percevais, avant de mettre un nom sur ce trouble du sommeil.

Si je suis maudit, je reviendrai la nuit vous harceler. Je m’en prendrai à vos visages, j’appuierai sur vos poitrines tremblantes. Je vous priverai de sommeil par la terreur

Horace, 1er siècle après JC

Paralysie du sommeil : comment en tirer parti ?

Apparemment, il serait possible d’orienter les hallucinations pour qu’elles deviennent agréables, voire même spirituelles. Par exemple, si on se sent flotter hors de son corps, on peut s’imaginer au-dessus de la mer. L’état de paralysie du sommeil pourrait également offrir la possibilité de faire un rêve lucide, soit de choisir le contenu de son rêve.

sleeping-black-and-white-instagram

Il m’arrive encore de temps en temps de vivre cette expérience, mais je n’ai encore jamais eu assez de force pour la transformer en quelque chose de positif. J’essaierai… mais le plus tard sera le mieux.

Imaginé par le Goldfish Gang & griffonné par Whitebird