Monsieur le président, M Hollande, Cher François,

 Je n’oserai pas vous tutoyer, nous ne sommes pas assez proches pour cela … Bien que ces derniers temps, j’ai l’impression de bien vous connaître… Je souhaite donc m’adresser à l’homme, l’homme avec un petit h … Cet être pourvu de cette atrocité pendouillante que l’on nomme pénis.

Car oui, vous êtes bien un président normal, je dirais même un être humain normalement constitué. Je laisserai votre fonction politique de côté, avouant volontiers ne rien y biter.

En revanche, force est de constater que, comme la plupart des hommes, vous préférez attendre de vous faire gauler plutôt de jouer la carte de la franchise…

Vous aviez déjà fait preuve de tellement de délicatesse, lorsqu’en 2010, vous annonciez à Gala que Valérie Trierweiler était la femme de votre vie, oubliant totalement Ségolène Royal et vos quatre enfants, et donc vos 25 années de vie commune.

Malgré tout ce que cette affaire a de navrant, je ne peux m’empêcher de vous plaindre. Vous, évidemment, qui devez faire face à cette France friande de ragots, et qui préfère commenter les tracas conjugaux des autres, plutôt que de s’attarder sur les leurs… Parfois bien plus graveleux…(DSK si tu me lis…).

Encore un peu plus, je plains la désormais « ex première dame », qui doit certainement subir les regards compatissants de toutes les femmes de l’hexagone… Que dis-je? Du monde entier! A ce moment précis, Valérie est aussi célèbre que Madonna lorsqu’elle jetait ses petites culottes sur scène.

Et tout en haut de la liste de: « Qui est le plus à plaindre ? », se trouve très certainement Julie Gayet, qui tient le rôle (oui oui, c’est une actrice!) de la grande méchante, la tentatrice, la briseuse de ménage…

Car pour elle, qui a de la compassion ?

Vous, François, attirez plus de sympathie depuis tout ce scandale politico-romantico-sexuel, que depuis le début de votre mandat…

Tout comme Val’, qui bien connue pour être la première dame la plus détestée de l’histoire de la Vème république, récolte désormais de la pitié, après avoir passé une semaine à l’hosto « grâce » à tout ce tapage médiatique.

Mais Julie alors ? Qui se demande comment elle va ?

Et bien moi ! C’est certainement le personnage qui a la posture la plus inconfortable dans tout ce mauvais film.

(N’oublions pas madame Royal et vos enfants tout de même, qui sont fort probablement très gênés par toute cette polémique).

Enfin François, pour être totalement honnête, j’admire votre silence (celui là même que vous auriez du rompre plus tôt, et en privé)… Je trouve très courageux d’esquiver toutes ces sangsues, qui ne rêvent que de pomper vos paroles, et de s’en servir contre vous par la suite.

Effectivement, vous n’avez rien à dire. Ni aux journalistes, ni aux français. Personne n’a le devoir d’étaler ses déboires sentimentaux aux yeux de tous, pas même vous !

Je finirai cette lettre par ces sages paroles, dictées par trois inconnus:

Inconnus

Bien à vous, Whitebird